La peinture acrylique vous fait vibrer ? Lancez-vous immédiatement, ne réfrénez pas vos envies. La motivation est la première qualité de l’artiste peintre, qu’il soit débutant ou professionnel. Pour vous soutenir dans vos débuts, voici 14 erreurs classiques à éviter, pour une progression rapide et sereine.

Copier les grands maîtres 

Dans vos premiers pas en peinture acrylique, l’inspiration personnelle n’est pas souvent au rendez-vous. Il y a tellement à connaître pour débuter en peinture acrylique ! Quel matériel faut-il pour utiliser ce type de peinture ? Faut-il diluer la peinture acrylique ? Où acheter ses produits ? Autant de questions essentielles, qui se bousculent dans votre tête, et qui finissent par brider votre imagination créative. L’énergie investie à trouver un support correct, des pinceaux adéquats, trouver la technique des mélanges de couleurs, finit par avoir raison de votre inspiration : vous possédez enfin le matériel idéal, mais maintenant que peindre ?

Il est totalement légitime de vouloir se tourner vers la reproduction de tableaux de grands maîtres, pour booster votre créativité. Pourquoi ne pas s’en inspirer au départ de votre activité de peintre ? Cela permet d’avoir quelques idées de mélanges, des thèmes qui semblent vous toucher. 

L’erreur est de rester uniquement dans la copie de chefs-d’œuvre, et de s’enkyster dans un cadre qui n’est pas le vôtre. Quittez rapidement ce schéma contre-productif, qui n’aura d’effet que de bloquer votre imagination et refouler l’inspiration latente. Sortez de votre zone de confort de la copie, et testez vos propres créations par vous même.

C’est à force d’essais, de votre cheminement personnel, que vous allez progresser,  d’erreurs en réussites, jusqu’à ce que votre propre style artistique émerge spontanément. L’inspiration n’est pas toujours au rendez-vous, mais elle se booste de différentes façons.

Acheter des châssis de piètre qualité

Même dans vos débuts en peinture acrylique, s’essayer sur des toiles bon marché est à proscrire. Certes, cela représente un budget, et chercher le meilleur rapport qualité-prix est légitime, surtout lorsqu’on n’est pas sûr de ses premiers coups de pinceaux : si je rate, autant que ce soit sur une toile pas chère !

Alors, déjà, il n’existe pas réellement d’échec en art : l’art est une émotion personnelle, retranscrite sur un support. On parle plutôt d’erreurs d’utilisation de la peinture par exemple, non diluée, trop diluée, de mélanges non satisfaisants etc.

Les châssis de basse qualité, le plus souvent en coton, réagissent à la température ambiante : votre création va vivre au gré de la chaleur et de l’humidité, et faire yoyo en se tendant ou se détendant. La toile pas chère gondole, le chassis vrille : le rendu sera catastrophique et aura pour conséquence de vous décevoir et vous frustrer.

Même peintres débutants, prenez de la qualité, pour un apprentissage vrai des techniques de peinture acrylique.

Une toile déformée sera en plus invendable…

Dans mon cas, j’ai décidé d’opter pour la qualité et je réalisé désormais tous mes tableaux sur des châssis et toiles de la marque Master Toile.

Acquérir de la peinture acrylique 1er prix

Tout comme l’achat de châssis bas de gamme, la peinture acrylique d’origine inconnue et sans marque n’est pas gage de qualité.

Utiliser des tubes de peintures pas chers donne un rendu disgracieux, aux couleurs sans opacité, qui risque fort de vous décevoir et vous faire perdre votre motivation à peindre. 

Vous avez vos qualités d’artiste et des compétences de peintre : prenez du matériel à la hauteur de votre savoir-faire naissant.

Une peinture acrylique sans marque craquelle au séchage, dégage souvent une odeur suspecte, voire toxique… 

Les marques Daler Rowney, Pébéo ou Liquitex offrent des produits de qualité à un prix abordable, pour un travail dans de bonnes conditions.

Dans mon cas : J’utilise la peinture super fine : System 3 de Daler Rowney

Oublier ses pinceaux pleins de peinture

Après une séance de peinture, le rangement et nettoyage des outils utilisés n’est pas la partie la plus agréable. Cependant, un pinceau, un spalter, un rouleau ou même un couteau avec de la peinture séchée, seront difficiles, voire impossibles à sauver.

Au mieux, vous vous retrouverez avec des outils dégradés en qualité, au pire, vous perdrez votre matériel (ce qui a un coût).

Il est si simple d’anticiper le séchage irréversible de la peinture acrylique (qui sèche vitesse grand V) sur vos pinceaux : disposez sur votre plan de travail des récipients remplis d’eau, dans lesquels vous déposez vos outils au fil de votre travail.

Je vous recommande de découvrir mon article sur les nettoyage de pinceaux

Négliger son plan de travail

Identifiez un lieu spécifique pour peindre. La peinture acrylique nécessite de sortir de nombreux outils, des tubes de peintures en tout genre (et leurs bouchons !), des diluants, du molding paste, des rouleaux, des chiffons, des objets de toutes sortes, des récipients d’eau, la palette, et j’en passe.

Rapidement,  vous voilà envahi !

Deux risques :

  • ne pas s’y retrouver et chercher désespérément un tube ou un pinceau introuvables dans le fouillis de votre plan de travail, pour une perte de temps idéale  : attention, la peinture acrylique se fige très rapidement !
  • faire un geste malencontreux en attrapant le pinceau tout là-bas, derrière le verre d’eau entre les tubes ouverts… et ruiner ainsi tout votre travail en 1 seconde en y faisant tomber quelque chose dessus.

Offrez-vous un espace organisé : des bacs identifiés et agencés à portée de main, des épingles murales pour suspendre les outils, des casiers pour trier vos tubes de couleurs et agents diluants divers.

S’exprimer en peinture est d’autant plus agréable et facile dans un endroit sain et serein !

Trop de peinture acrylique : stop au gaspillage

Vous trouverez par vous-même, au fil de votre pratique régulière, la gestion idéale des quantités de peinture à déposer sur la palette

Commencez par utiliser de petites touches pour vous habituer à la texture des produits, leur facilité à s’étirer et recouvrir la toile, les quantités nécessaires lors des mélanges de couleurs.

N’oubliez pas que la peinture acrylique s’utilise diluée avec de l’eau, alors n’en mettez pas trop !

Céder à l’impatience de devenir artiste peintre de renom

Une chose est certaine : vous allez progresser et acquérir toutes les techniques en peinture acrylique, alors soyez patient et ne brûlez pas les étapes.

Prenez le temps 

  • de vous familiariser avec la texture et la consistance de l’acrylique, et la  réaction des supports lors de son application ;
  •  de développer l’assurance et la précision de vos gestes.

Faire l’impasse sur la communication

Pour évoluer en tant qu’artiste peintre professionnel, faire connaître son talent et présenter ses œuvres est indispensable. 

Cherchez à percer en participant à des expositions, des concours. Présentez vos tableaux autour de vous ! Créez-vous un réseau qui porte un réel intérêt à la peinture acrylique et la peinture abstraite.

Être naïf et accepter des offres malhonnêtes

Soyez vigilant avec les offres suspectes sur internet, les mails frauduleux qui vous aveuglent d’un succès à venir en peu de temps… contre les quelques petits chiffres de votre carte bancaire. Méfiez-vous des commandes groupées qui arrivent subitement de l’étranger, de sites ou d’organismes sans notoriété, et qui ne veulent régler que via paypal…

Ne vous inquiétez pas : vous percerez dans le milieu de la peinture, quels que soient vos projets quant à votre carrière artistique, sans avoir à vous vendre, vous.

Vos productions seront reconnues à leur juste valeur, par des personnes dignes de votre talent.

Vendre sans être déclaré : avoir l’URSSAF à ses trousses

Deux  raisons claires de déclarer son activité et ses ventes :

  • être dans la légalité en vigueur, et respecter les principes du commerce ;
  • se sentir reconnu en tant qu’artiste peintre professionnel et faire valoir ses droits !

Être ouvert à la critique

Les éloges sur vos tableaux sont faciles à recevoir, mais que faire des critiques négatives ?

Le terme de «critique» est globalement toujours interprété dans son aspect négatif. Une critique cependant peut être positive, lorsqu’elle prend le sens  «d’interprétation».

Deux cas de figures :

  • la critique purement négative qui vise à nuire et blesser autrui : vous aurez peut-être  à faire face aux «haters», ces personnes qui, tellement malheureuses, ne trouvent de plaisir quotidien et de sens à leur existence, que dans le mal qu’elles font aux travers de leurs propos méchants et non fondés. Avec ceux-là, ne perdez pas votre précieux temps en justifications ou explications diverses : ignorez, ou répondez  avec humour ; 
  • la critique positive émanant de peintres expérimentés : sautez sur l’occasion d’en apprendre de leur talent, ouvrez grandes vos oreilles et chopez toutes les remarques bienveillantes et constructives qu’ils vous dispensent !

Montrer son travail : comment vaincre ses peurs

L’être humain est rarement pleinement satisfait de son travail. Soyez fier de vos tableaux : ce sont les vôtres, avec votre touche personnelle et unique.


L’art est subjectif, on ne peut pas qualifier un tableau de réussi ou pas : on peut par contre ne pas aimer le style, les couleurs utilisés, les formes et motifs, ce qui n’enlève en rien sa qualité et sa valeur.

Le syndrome de l’imposteur, on oublie : vous avez toute la légitimité d’afficher au grand public vos compositions !

Montrer votre travail vous donne la possibilité d’avoir un retour de vos spectateurs.

Le danger des réseaux sociaux

Internet est un outil de choix, qui s’est rendu indispensable dans notre quotidien. 

Comme évoqué précédemment, vous allez présenter vos tableaux sur divers plateformes et réseaux sociaux : plus vous gagnez en visibilité, davantage vous vous exposez à recevoir des commentaires (négatifs). 

Ne rentrez pas dans le jeux de répondre aux commentaires négatifs, prenez en bonne note, et continuez votre chemin sereinement !

Les propos sont souvent ultra violents, destructeurs, et avant tout, non fondés. Ne vous y attardez pas. 

Savoir dire… non !

Vos créations sont uniques, elles sont le fruit de VOTRE inspiration : vous avez choisi vos couleurs, imaginé vos dégradés… Votre imagination et sa mise sur toile vous appartiennent.

Vous rencontrez un client potentiel, mais ce dernier aurait préféré un dégradé plus opaque, une couleur de fond plus claire, sur un format différent, et au couteau, pas au pinceau, et plus de bleu et moins de rouge, et avec plus d’éclat dans l’angle gauche, et…

Bref, ce n’est pas le tableau de ses rêves : il vous demande en somme de le refaire en vous adaptant à ses goûts.

En début de carrière, pour ne pas frustrer de potentiels acheteurs,  il est tentant de recommencer ce fameux tableau avec les souhaits du prospect, pour le satisfaire et éventuellement  «vendre».

Donc, vous allez forcer votre créativité à répondre à une commande qui ne vous correspond pas : en effet, si ça avait été le cas, vous l’auriez déjà peinte !

Dites non : vous êtes en droit de refuser les tableaux sur mesure

Invitez aimablement ces personnes intéressées, à visiter votre site, et voir si l’un de vos tableaux est plus proche de leurs envies, ou d’attendre vos prochaines créations. 

La peinture ne se réalise pas sur commande ; elle est le fruit de VOTRE inspiration, unique et personnelle.

Exemple

Merci de laisser un petit commentaire

Vous avez aimé cet article ? Je serais très heureux d’avoir un petit commentaire de votre part ci-dessous.




Cours de peinture à télécharger

Vous souhaitez apprendre la peinture abstraite à l'acrylique ?

Guide du matériel

Téléchargez gratuitement le guide du matériel
Télécharger le guide

Cours & formations

Découvrez le livre PDF et les vidéos de cours à télécharger.
Cours de peinture



Anthony Chambaud artiste peintre
Anthony Chambaud - Artiste peintre

Je m'appelle Anthony Chambaud, artiste peintre professionnel, et résolument accro à la peinture abstraite !